Panel d'étudiants au G7

L’INQ au Sommet sur la pérennité de l’Arctique

Publié le
Légende: Nicolo Giordano (INRS), Glenda Sandy (Université Laval), Gwyneth Anne McMillan (Université de Montréal), Marianne Falardeau (McGill University) et Karla Williamson, absente sur la photo (University of Saskatchewan) étaient les intervenants du panel Student Perspective organisé par l'INQ.

Le Sommet sur la pérennité de l'Arctique, dont l'INQ était partenaire, s'est déroulé les 23 et 24 mai 2018 au Palais des congrès de Montréal. Ce sommet était présenté dans le cadre des Sommets de la recherche du G7 organisés tout au long de l'année 2018.

Sous forme de panel, divers thèmes, liés au Nord et l'Arctique, y ont été discutés. Louis Fortier, directeur de la science et de l'innovation à l'INQ, siégeait sur le panel consacré aux changements climatiques en Arctique et leurs conséquences à l'échelle du globe (Arctic Climate Change and Global Implications). Il a également agi à titre de modérateur sur le panel dédié à l'accessibilité de la science (Accessible, Usable, and Timely Science).

L'INQ avait pour principal mandat de sélectionner les intervenants pour le panel réservé à la relève scientifique intitulé The Student Perspective. Ceux-ci ont formulé 8 recommandations qui, selon eux, contribueraient à faire progresser la recherche en milieux nordiques et arctiques.

Voici leurs recommandations :

  1. La recherche avec les populations autochtones devrait être entreprise avec la collaboration et l'apport de la communauté pour déterminer comment la recherche sera menée et en tenant compte des priorités et besoins de la communauté;
  2. Inclusion des connaissances des populations autochtones dans la recherche, en particulier en ce qui concerne l'analyse/la discussion;
  3. Faire participer les jeunes autochtones à la recherche en créant des occasions de mentorat au sein des communautés autochtones qui développeront et façonneront l'avenir de la recherche autochtone;
  4. Améliorer la formation des chercheurs et chercheuses en début de carrière sur la recherche collaborative avec les communautés autochtones du Nord*;
  5. Apporter des changements à la structure de financement de la recherche pour permettre aux chercheurs et chercheuses en début de carrière de collaborer et de partager leurs recherches avec les communautés*;
  6. Accorder plus de reconnaissance académique et de récompenses pour le travail de collaboration communautaire*;
  7. Planifier des consultations autochtones pour demander la permission de construire n'importe quel bâtiment / usine / système;
  8. Développer des activités de transfert de connaissances sur les énergies renouvelables pour diffuser la technologie et faciliter le développement des entreprises locales d'énergie renouvelable.

* À noter qu’une partie des recommandations (4,5 et 6) émane d’un sondage répondu par 44 jeunes chercheuses et chercheurs nordiques, mis en place par Gwyneth MacMillan et Marianne Falardeau d'APECS Canada. Les autres recommandations ont été formulées par le panel complet.

Catégories : relève scientifique, rayonnement
©2023 Institut nordique du Québec, tous droits réservés.