visuel

Projet sur les interactions côtières du Nunatsiavut (PICN) : Climat, environnement et stratégies de subsistance des Inuits du Labrador

Début du projet

Chercheur principal

Codemandeurs

Description

Le réchauffement climatique et les changements associés aux conditions de la glace de mer ont un impact substantiel sur les écosystèmes (sub)arctiques et les services qu'ils soutiennent (par exemple: plateformes de glace utilisées pour la chasse, la pêche, les voyages et les services d'approvisionnement), avec des conséquences directes sur l'économie de subsistance et les activités culturelles traditionnelles des communautés inuites côtières. La nature et l'ampleur des changements futurs varieront d'une région à l'autre en fonction des paramètres environnementaux spécifiques et, comme par le passé, ces changements nécessiteront de nouvelles stratégies d'adaptation et de gestion.

Le projet PICN réunit un groupe transdisciplinaire de chercheurs qui collaboreront étroitement avec la communauté de Nain, au Nunatsiavut, pour étudier les questions prioritaires que la communauté souhaite aborder en relation avec son environnement changeant et intégrer:

  1. des informations paléoenvironnementales, climatiques et de productivité enregistrées dans les sédiments marins et lacustres côtiers;

  2. des informations sur les pratiques culturelles et les interactions de la chaîne alimentaire provenant d'archives archéologiques;

  3. le savoir inuit, les archives climatiques historiques et les données satellitaires.

L'objectif du projet est d'évaluer la vulnérabilité et la résilience de l'écosystème côtier de la région de Nain face aux fluctuations climatiques survenues au cours des 12 000 dernières années et, grâce à ces connaissances, de mieux prévoir les impacts des changements climatiques contemporains dans un avenir proche. Nain elle-même est une région du Labrador qui revêt une importance particulière sur le plan environnemental, car son territoire se caractérise par une banquise côtière très étendue et persistante, des polynies petites et épisodiques, l'une des plus importantes zones de reproduction du phoque annelé au Labrador ainsi que la plus grande communauté inuit du Nunatsiavut. 

L'étude des formes de relief et des archives sédimentaires de carottes de sédiments lacustres seront utilisées pour mettre en évidence l'évolution du paysage, les forçages climatiques et anthropiques sur les processus écologiques locaux de la région de Nain. Les sites archéologiques, et plus particulièrement les écofacts (os), fourniront de précieuses informations sur la nature de ces interactions. Les données permettront d'évaluer la fiabilité des différents modèles climatiques régionaux utilisés pour les projections du climat futur à partir de simulations du passé récent.

Ainsi, ce projet produira des données pertinentes pour l'évaluation des futures trajectoires climatiques et des impacts potentiels du changement climatique sur la sécurité alimentaire des Inuits, les récoltes et les itinéraires de voyage en hiver dans la région de Nain, des considérations clés pour la gestion durable des ressources marines. Il fournira également un cadre unique d'écologie historique locale et intégrée pour comprendre les transformations culturelles passées, les mouvements et les pratiques de subsistance des communautés inuites de la région de Nain.

Partenaires

Commission géologique du Canada
Trent University

Axes de recherche

Axe 1 - Sociétés et cultures
Axe 3 - Fonctionnement des écosystèmes et protection de l'environnement
©2020 Institut nordique du Québec, tous droits réservés.