Grande Oie des Neiges

Lexique nordique | Grande oie des neiges

Publié le

Le saviez-vous ? La Grande Oie des neiges se reproduit dans l'est de l'Extrême-Arctique du Canada, avec la plus grande colonie de nidification située sur l'île Bylot, au Nunavut. Pendant leur migration, toute la population de cette espèce fait une halte dans les marais et les terres agricoles du sud du Québec.


À propos Marie-Christine Lafrenière

Statut: étudiante au doctorat (début 4ième année)
Direction: Marc Amyot
Co-direction: Jean-François Lapierre
Département: biologie
Intérêts de recherche: écotoxicologie, écologie des eaux douces, biogéochimie, chimie environnementale
Sujet de thèse: Devenir des métaux (de terres) rares dans le fleuve Saint-Laurent

Biographie

Marie-Christine Lafrenière, titulaire d’un baccalauréat en biologie (UdeM 2015-2018), est actuellement étudiante au doctorat en biologie à l’Université de Montréal. Plus précisément, ses domaines d’études sont l’écotoxicologie, l’écologie des eaux douces et la biogéochimie. Son doctorat vise à comprendre le devenir des métaux de terres rares, des métaux présents naturellement en sols canadiens et utilisés dans la conception des technologies vertes ou numériques, dans l’eau, les sédiments et les organismes du fleuve Saint-Laurent. Originaire de la rive nord du Lac Saint-Pierre et véritable passionnée du paysage fluvial québécois, elle a passé plusieurs été à naviguer sur le fleuve et ses tributaires pour récolter ses échantillons et développer une compréhension intégrée du système.

Aussi intéressée à la communication scientifique, elle a offert quelques conférences destinées à un public académique et quelques-unes à un plus large public  (Femmes et sciences, Parcours d’une biologiste, Démystifions le Saint-Laurent, Le Paradoxe de la transition énergétique). Elle a aussi animé des ateliers thématiques sur le domaine de l’eau aux cégépien·nes au sein d’un regroupement de l’Université, et à un grand public dans le cadre du Festival Eurêka!. On peut lire ses propos sur l’actualité et l’environnement aux côtés d’étudiant·es en Droit, dans le journal Le Pigeon Dissident. De plus, Marie-Christine se définit comme une biologiste-artiste et développe sa vision artistique conjointement avec ses intérêts scientifiques dans ses peintures, dans ses contrats de graphisme, notamment dans des infographies pour l’Institut Nordique du Québec, ou dans la création d’une bande dessinée pour illustrer sa propre recherche. 

Aujourd’hui, elle tient le micro aux côtés de son acolyte et amie Stéphanie, dans l’animation du Podcast Les Lucioles sur la recherche étudiante en biologie. Lorsqu’elle ne rédige pas sa thèse ou qu’elle ne travaille pas au développement du podcast, on la retrouve en plein air, en pleine lecture d’un roman féministe, dans la création d’un poème, ou à la recherche d’une nouvelle recette végane.  

___

Le « lexique nordique » est un projet de communication grand public visant à élargir nos connaissances générales sur les régions nordiques.

©2023 Institut nordique du Québec, tous droits réservés.