Menu

Institut nordique du Québec

Institut nordique du Québec - Ensemble pour le Nord

3e journée de la science
28 novembre 2018, INRS, Québec

Penser ensemble pour l’avenir

Participez à la 3e journée de la science de l'Institut nordique du Québec le 28 novembre 2018 à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Québec.

Organisé par les trois Chaires de recherche de l’INQ, l'événement sera l’occasion d’échanger entre étudiants, chercheurs et partenaires sur l’importance de la recherche participative et interdisciplinaire pour aborder les enjeux nordiques et répondre aux besoins de recherche dans le Nord.

Jasmin Raymond
Titulaire de la Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du nord
Murray Humphries
Titulaire de la Chaire de recherche nordique de l’Université Mcgill sur la conservation de la faune et la sécurité alimentaire traditionnelle
Thierry Rodon
Titulaire de la Chaire de recherche sur le développement durable du nord

Journée organisée par les 3 Chaires de recherche de l'INQ.

Symboles d’un large éventail de recherche, les trois chaires chapeautées par l’INQ couvrent la production d’énergie renouvelable, la préservation de la faune, la sécurité alimentaire et le développement durable du Nord.

Date : Mercredi, 28 novembre 2018
Endroit : INRS, 490 rue de la Couronne, Québec

réseaux sociaux



Inscription

Inscrivez-vous rapidement! Les places sont limitées.

  • Tarif général : 50 $
  • Tarif étudiant : 35 $

Cliquez ici pour vous inscrire

L’inscription inclut le repas du midi et une consommation au cocktail de fin de journée. Prenez note que le paiement doit être effectué par carte de crédit seulement. Les remboursements sont possibles avant le 20 novembre 2018 (des frais peuvent s'appliquer).

Contact

Pour toute information concernant l'inscription ou la conférence en général, veuillez contacter :

Andréanne Bernatchez
T : 418.656.2131 poste 7013
C : andreanne.bernatchez@inq.ulaval.ca



Programme préliminaire

08h30-09h00
Accueil
09h00-09h15
Ouverture de la journée
Louis Fortier, directeur de la science et de l'innovation, Institut nordique du Québec
09h15-09h30
Présentation des concours et du jury
09h30-10h00
Présentation des trois chaires
  • Jasmin Raymond, Titulaire de la Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du nord, INRS
  • Murray Humphries, Titulaire de la Chaire de recherche nordique de l’Université Mcgill sur la conservation de la faune et la sécurité alimentaire traditionnelle, Université McGill
  • Thierry Rodon, Titulaire de la Chaire de recherche sur le développement durable du nord, Université Laval
10h00-10h30
Pause-café
10h30-12h30
Session 1 - Cartographie et modélisation des enjeux nordiques
  • Les ressources en eau souterraine au Nunavik
    Jean-Michel Lemieux, professeur titulaire au Département de géologie et de génie géologique, Université Laval
  • Jean-Michel Lemieux

    Les ressources en eau souterraine au Nunavik

    Les questions de disponibilité et de gestion de l’eau liées à l’approvisionnement en eau potable dans les communautés nordiques sont problématiques au Canada. Alors que les rivières et les lacs sont abondants, ils sont vulnérables à la contamination et peuvent s’assécher en hiver en raison du gel. Les eaux souterraines représentent habituellement une source d’eau potable plus sure et durable, cependant leur disponibilité est limitée dans le nord à cause de la présence de pergélisol. De plus, l’exploitation des eaux souterraines du Nord pose un double défi d’identification non seulement des zones libres de pergélisol, mais aussi des zones perméables qui permettront la recharge des eaux souterraines et leur exploitation. Afin d’évaluer la disponibilité des eaux souterraines, en favoriser leur utilisation et explorer la façon dont ces ressources vont évoluer en réponse au changement climatique, des travaux ont été réalisés dans quatre villages du Nunavik : Salluit, Kuujjuaq, Umiujaq et Whapmagoostui-Kuujjuarapik. Ces villages sont situés dans différentes zones de pergélisol, allant du continu au discontinu, ainsi que dans différents environnements géologiques. Il a été constaté que, malgré la présence omniprésente du pergélisol, des aquifères non affectés par le gel ont pu être identifiés, ce qui suggère que les eaux souterraines peuvent être disponibles en tant que source d’eau potable pour de petites communautés. Dans la perspective d’un réchauffement climatique, qui aura pour effet le dégel du pergélisol et une augmentation de la température et des précipitations, la disponibilité des eaux souterraines devrait s’accroitre pour constituer une ressource en eau potable plus sûre pour les communautés du Nord.

    Biographie

    Jean-Michel Lemieux est professeur titulaire au Département de géologie et de génie géologique de l'Université Laval. Il s'intéresse à l'observation et à la modélisation numérique des processus hydrogéologiques passés, présents et futurs. Ses projets de recherche en cours concernent l’optimisation des champs de captage d’eau souterraine en contexte insulaire (Iles de la Madeleine), le lien entre l’écoulement de l’eau souterraine et les glissements de terrain ainsi que l’hydrogéologie des régions froides. Il est également Éditeur de la revue Hydrogeology Journal, le journal officiel de l'Association internationale des hydrogéologues.

  • Shallow geothermal potential mapping: Application in the northern community of Kuujjuaq, Quebec, Canada (présentation en anglais)
    Evelyn Gunawan, candidate à la maîtrise en développement durable à Iceland School of Energy, Reykjavik University (titre à déterminer)
  • Evelyn Gunawan

    Shallow geothermal potential mapping: Application in the northern community of Kuujjuaq, Quebec, Canada

    Nunavik, home to 14 Inuit villages with a total of 12,300 inhabitants, is a remote region covering the northern third of Quebec province. In these communities, residential buildings are equipped with oil-burning furnaces to meet their space heating and domestic hot water needs. With an annual average of 8,520 heating degree days below 18°C, there is a high building heating demand in the region. The high economic costs and adverse environmental impact of fossil fuels call for the development of new approaches to energy supply in these off-grid communities. Geothermal energy, specifically through the adoption of ground source heat pumps, has been proposed as a viable alternative to the low efficiency and GHG-emitting diesel furnaces currently used. This presentation highlights the application of the G.POT method using a geographic information system- (GIS-) based workflow to create maps of the shallow geothermal potential of Kuujjuaq, which serve as an important indicator of the suitability of the ground for the installation of heat pumps in the area.

    Biographie

    Originally from Indonesia, Evelyn holds an undergraduate degree in Environmental Sciences from the University of British Columbia, Canada in 2017 before pursuing her MSc in Sustainable Energy in Iceland School of Energy (ISE), Reykjavik University, Iceland. Currently in her second-year, Evelyn is now in Quebec working under the supervisions of Dr. Jasmin Raymond from INRS and Dr. Juliet Newson from ISE on mapping the shallow geothermal potential, simulating building energy demands and analysing the economical feasibility of ground source heat pumps technology in Kuujjuaq, Quebec, Canada.

  • Quand les données ouvertes abondent : télédétection de la phénologie des glaces d’eau douce dans le nord du Canada
    Xavier Giroux-Bougard, candidat au doctorat en sciences naturelles, Université McGill
  • Xavier Giroux-Bougard

    Quand les données ouvertes abondent : télédétection de la phénologie des glaces d’eau douce dans le nord du Canada

    Au cours du dernier siècle, la phénologie des glaces d’eau douce de l’hémisphère nord a connu d’importants changements induits par les réchauffements climatiques. En moyenne, on estime que la saison d’eau libre croît au taux de 12,3 jours par siècle. Dans le nord du Canada, la surface du paysage est typiquement recouverte par environ 15 à 40 % d’écosystèmes d’eaux douces. Il est donc essentiel d’assurer un suivi de la phénologie des glaces d’eau douce afin d’élucider les effets sur les systèmes climatiques, écologiques, hydrologiques et socio-économiques. La télédétection nous permet d’observer les événements phénologiques d’importance, comme le dégel printanier et le gel automnal, sur de vastes régions éloignées. Cependant, l’observation de ces événements rapides et dynamiques requiert l’utilisation d’images satellites captées à haute résolution temporelle (p. ex. MODIS, AVHRR), mais à une résolution spatiale relativement grossière (c.-à-d. > 500 m). Ce type de capteur nous limite donc à l’observation des grandes étendues d’eau douce qui pourtant ne constituent qu’une petite fraction des régions nordiques. Toutefois, l’augmentation des collections d’images satellites partagées dans des bases de données ouvertes pourrait nous permettre de réduire les compromis entre la résolution spatiale et la résolution temporelle. Dans cette étude, nous utilisons la plateforme informatique en nuage Google Earth Engine (GEE) pour développer un algorithme qui exploite la diversité de capteurs satellites afin d’intégrer leurs images en une série temporelle cohérente de la phénologie des glaces d’eau douce. En utilisant les images provenant des missions Landsat-8, Sentinel-1 et Sentinel-2, notre algorithme estime la date de transition entre l’état d’eau et de glace en détectant les changements dans les séries temporelles contenues dans chaque pixel de 50 mètres sur l’entièreté du territoire canadien. Nous comparons les résultats de notre modèle avec les estimés hebdomadaires de proportions de couvertures de glace sur plus de 100 lacs suivis par le Service canadien des glaces. En exploitant la puissance de la plateforme GEE et l’abondance des données ouvertes, notre analyse fournit : (i) une estimation précise de la période du dégel printanier à une haute résolution spatiale ; (ii) une méthode potentiellement applicable sur l’entièreté des régions arctiques et subarctiques du monde ; (iii) une méthode gratuite, reproductible, et capable d’ingérer de nouvelles images ; et (iv) une série temporelle cohérente facilement renforcée par l’addition d’images provenant d’autres capteurs.

    Biographie

    Xavier Giroux-Bougard est candidat doctorant dans le département de la science des ressources naturelles à l’université McGill, où il étudie l’écologie du mouvement des caribous de la toundra. Il s’intéresse notamment à l’influence de la phénologie des glaces d’eau douce sur les mouvements migratoires.

12h30-14h00
Dîner et visite du laboratoire de géothermie
14h00-16h00
Session 2 - La recherche participative
  • Aotearoa-New Zealand : Energy and Society (présentation en anglais)
    Juliet Newson, Director of the Iceland School of Energy, Reykjavik University
  • Juliet Newson

    Aotearoa-New Zealand: Energy and Society

    New Zealand is a small, isolated country with spectacular scenery, a mild climate and a strong agricultural industry. The society comprises indigenous Maori, Europeans (from predominantly British colonists), post WW2 Pacific Island migrants, more recent migrants from Asia and refugee arrivals. The result is a westernized, relatively liberal, diverse and culturally rich society. However, inequality and relative poverty also exist. Tourism is an important industry, and New Zealand projects a ´clean, green´ image. This is borne out by the national energy mix, whereby 80% of the nation´s electricity is generated from renewables. A new government, elected in late 2017, has led to a new focus on phasing out the use of fossil fuels.

    Biographie

    Juliet has been involved in many aspects of the geothermal industry, including geology, geothermal surface feature mapping, monitoring and modelling, reservoir and wellbore simulation, geological modelling and resource evaluation. However, her strong belief that education is the key to progress both in a social and technological sense, has always led her to maintain strong links with academia.In November 2016 Juliet took up the position of Director of the Iceland School of Energy, Reykjavik University, Iceland. Prior to this, since 2011 Juliet has been a geothermal reservoir modeling engineer for Contact Energy Ltd. From 2007 to 2011 she was the original co-organizer of the Postgraduate Certificate in Geothermal Energy Technology for the University of Auckland, New Zealand. Juliet also served the international geothermal industry as a Board member of the International Geothermal Association from 2010 to 2020; she was President for the 2013 to 2016 Board term and Chair of the Education Committee from 2010 to 2013.

  • La recherche participative en contexte autochtone : avantages et défis
    Julie Fortin, candidate au doctorat en communication publique, Université Laval et Sabrina Bourgeois, candidate au doctorat en science politique, Université Laval
  • Julie Fortin

    Sabrina Bourgeois

    La recherche participative en contexte autochtone : avantages et défis

    La recherche participative en contexte autochtone présentent de nombreux avantages, tant pour les communautés que pour les chercheurs. Toutefois, la mise en œuvre de ce type de recherche pose certains enjeux. Dans cette présentation, nous aborderons les difficultés rencontrées, de même que les éléments qui ont facilité la mise en place d’une recherche participative dans le contexte de nos recherches doctorales. Que ce soit lors des premiers contacts avec une communauté, de la réalisation de groupes de discussions, d’entretiens ou au moment de présenter les résultats, chaque étape de la recherche en contexte autochtone requiert que le chercheur fasse preuve de flexibilité. Nous partagerons nos expériences de recherche dans certaines communautés innues, cries et inuites. Nous verrons aussi comment le thème de la recherche peut influencer l’intérêt des participant-es, de même que l’importance de bâtir une relation de confiance.

    Biographie (Julie Fortin)

    Candidate au doctorat en communication publique, Julie Fortin s’intéresse à l’influence des communautés cries et inuites au sein des processus d’évaluation et d’autorisation des projets miniers dans le nord du Québec, de même qu’à leur capacité à fournir un consentement libre, préalable et éclairé. Elle s’intéresse également aux impacts sociocumulatifs des projets de développement des ressources naturelles, en lien avec le concept de trauma intergénérationnels et à la capacité de résilience des communautés autochtones et inuites. Julie détient une maîtrise en communication publique de l’Université Laval. Son mémoire porte sur la communication entre Hydro-Québec et les communautés innues dans le cadre du projet de la Romaine, et traite des préoccupations concernant les consultations, les négociations et les impacts du projet hydroélectrique.

    Biographie (Sabrina Bourgeois)

    Sabrina Bourgeois est étudiante au doctorat en sciences politiques à l’Université Laval. Ses principaux intérêts de recherche sont les enjeux autochtones associés au développement minier, aux conflits d’usage du territoire et à la gouvernance. Elle a notamment réalisé un terrain de recherche auprès de communautés et d’organisations autochtones, de groupes environnementaux et citoyens ainsi que des décideurs politiques et leur personnel afin de mieux comprendre la décision du gouvernement du Québec d’instaurer un moratoire administratif sur les projets miniers d’uranium en 2013. Sa thèse s’intéresse à la relation entre le positionnement stratégique des communautés autochtones et leur influence sur les processus d’autorisation miniers. Il s’agit d’une comparaison originale entre le Québec (Canada) et la Nouvelle-Calédonie (France) qui devrait faire émerger de nouvelles connaissances sur les notions de participation, de consultation et de consentement.

  • Stockage thermique souterrain au Nunavik: une opportunité pour réduire la dépendance au diesel
    Nicolò Giordano, stagiaire postdoctoral à l’INRS
  • Nicolò Giordano

    Stockage thermique souterrain au Nunavik: une opportunité pour réduire la dépendance au diesel

    Les communautés nordiques du Québec utilisent le diesel pour la production d’électricité, de chauffage et d’eau chaude sanitaire. La géothermie superficielle et le stockage souterrain permettraient d’économiser les ressources et de produire sur place une partie de l’énergie nécessaire aux communautés nordiques. Cependant, les défis principaux sont les coûts encore élevés et l’acceptabilité sociale des projets renouvelables. Cas d’études de Kuujjuaq et Whapmagoostui-Kuujjuarapik.

    Biographie

    Nicolò Giordano a obtenu son PhD en Science de la Terre à l’Université de Turin (Italie) en 2015, avec une thèse sur les systèmes de stockage thermique dans le sous-sol. Il travaille maintenant comme chercheur postdoctoral à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Québec. Il travaille principalement sur l’évaluation du potentiel géothermique dans le nord du Québec, territoire des Inuit et Cree. Il est membre du Centre d’études nordiques (CEN) et du Geothermal Canada.

  • Connaissances locales sur l'omble chevalier, le castor et la connectivité des cours d'eau au Nunavik
    Mikhaela Neelin, candidate à la maîtrise en sciences naturelles, université McGill
  • Mikhaela Neelin

    Connaissances locales sur l'omble chevalier, le castor et la connectivité des cours d'eau au Nunavik

    L'omble chevalier (Salvelinus alpinus) contribue grandement à l'alimentation traditionnelle, à l'économie de subsistance et au tourisme au Nunavik. Les barrières physiques dans les cours d'eau, engendrées par divers facteurs environnementaux, peuvent limiter le mouvement de l’ombles chevalier anadrome. Ces barrières peuvent avoir des effets néfastes sur leur migration, leur frai, leur croissance et leur abondance. Cette présentation portera sur une approche participative visant à mieux caractériser le problème, l’éventail des causes et leurs solutions potentielles dans les communautés du Nunavik.

    Biographie

    Mikhaela Neelin détient un baccalauréat en biologie de l’Université McGill. Ses recherches antérieures portaient sur la dynamique des populations de poissons et sur l’écologie des primates. Elle est actuellement candidate à la maitrise en ressources renouvelables à McGill, où elle étudie l’expansion géographique des castors au Nunavik et les impacts sur l’omble chevalier.

16h00-17h00
Mot de conclusion et période de questions.
17h00-18h00
Cocktail, annonce des gagnants par le jury et inauguration du laboratoire ouvert de géothermie de l'INRS (LOG)


Concours d'affiches

La journée sera l’hôte d’un concours d’affiches destiné aux étudiants gradués (2e et 3e cycle) qui travaillent en territoire nordique ou arctique.

Trois prix en argent seront remis aux auteurs des trois meilleures affiches.

  • Premier prix : 500 $;
  • Deuxième prix : 250 $;
  • Troisième prix : 100 $.

Critères d’évaluation

Le jury sera composé des titulaires des trois Chaires de recherche INQ. Ils évalueront les affiches en fonction des critères suivants :

  • Pertinence du sujet de l’affiche en regard de la thématique de la journée (20%)**;
  • Clarté de la problématique, des objectifs et de la méthodologie présentés (20%);
  • Présence des résultats de recherche (préliminaires ou finaux) ou d'une conclusion de recherche (20%);
  • Une démonstration claire de la contribution à l’avancement des connaissances (20%);
  • Qualité et originalité de la présentation (10%);
  • Qualité de la langue écrite (10%)

** Les affiches devront traiter d’un enjeu lié au Nord québécois, canadien ou international. Les affiches mettant de l’avant la recherche participative, la recherche interdisciplinaire, la cartographie ou la modélisation des enjeux nordiques seront favorisées.

Modalités

Les étudiants intéressés sont invités à envoyer le titre et un résumé (1 500 caractères, espaces compris) de leur affiche au comité organisateur d’ici le 2 novembre à aude.therrien@ciera.ulaval.ca.

Dans le cas où l’INQ recevrait trop de propositions, l’INQ se réserve le droit de faire une présélection des 18 meilleures propositions. Les étudiants seront avisés au plus tard le 9 novembre si leur proposition est retenue. Les étudiants ont la responsabilité d’imprimer leur affiche et de l’emporter à l’INRS le jour de l’événement pour 8h30.

Important

  • Les affiches doivent être en français.
  • Date limite pour soumettre son résumé : 2 novembre 2018
  • Présentation de l’affiche : 28 novembre 2018 à l’INRS
  • Annonce des gagnants : 28 novembre 2018

Dimensions

Les dimensions de l'affiche ne doivent pas dépasser 0,91 m horizontalement (3 pi) x 1,20 m verticalement (4 pi). Pour des conseils sur la présentation d’une affiche, n’hésitez pas à consulter le site de l’ACFAS.



Concours photo pour étudiants

Vous êtes étudiant à la maîtrise ou au doctorat et êtes récemment allé dans le Nord québécois ou canadien? Vous aimeriez partager vos photos? Participez à notre concours!

L’INQ cherche à se constituer une banque de photos. Ces photos serviront à illustrer nos publications, nos activités, nos promotions, nos réseaux sociaux ou tout autre projet nécessitant du visuel.

Envoyez-nous vos photos d’ici le 16 novembre 2018. L’ensemble des photos soumises fera partie de notre banque d’images – et nous vous en remercions!

Les photos reçues seront dans un premier temps évaluées par un comité interne formé d’employés de l’INQ. Ce comité sélectionnera 15 photos qui seront ensuite exposées lors de la 3e journée de la science de l’INQ le 28 novembre 2018.

Lors de cette journée, trois prix seront remis aux auteurs des trois photos préférées de notre jury composé des titulaires des trois chaires INQ.

  • Premier prix : 500 $;
  • Deuxième prix : 250 $;
  • Troisième prix : 100 $.

Pour soumettre vos photos

Les étudiants intéressés sont invités à envoyer leurs photos en hautes résolution d’ici le 16 novembre à andreanne.bernatchez@inq.ulaval.ca, en vous assurant d'y inclure les informations suivantes :

Envoyez-nous vos photos!

Crédits photo : Pablo Hermoso, Gabrielle Fortin, Chris Reid

Récapitulatif

  • Date limite : 16 novembre 2018
  • Annonce des trois gagnants : 28 novembre 2018
  • Les images devront être liées au Nord québécois ou canadien.
  • Un participant peut présenter plusieurs photos, mais ne peut remporter plus d’un prix.

Formulaires à télécharger

Formulaire d’accord

Formulaire d’autorisation du modèle